AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:07




Leprieult, Ashton Matthew.

ft. Max Irons.


24 ans ▬ Versailles, le 20 juillet 1988 ▬ Etudiant en médecine ▬ groupe.



HISTOIRE



« Petit garçon, il est l'heure d'aller te coucher. »

« Surtout … Surtout, ne me dis pas que tu t’es encore fait renvoyé ! » Mon père haussait les épaules, mort de rire. « Non ? Bon d’accord, j’te le dis pas alors. » En face de lui, ma mère était plus énervée que jamais et elle attrapa la bouteille de whisky qui trainait sur la table pour la jeter contre le mur. Je sursautais au bruit et étouffais un cri de stupeur. Du haut de mes cinq ans, j’étais debout en plein milieu de ma chambre, incapable de bouger. C’était comme ça, à chaque fois que mes parents se disputaient. Moi, je croyais que le moindre bruit que je pourrais faire les énerverait plus encore. Ce que je pouvais être stupide à cinq ans … « Arrêtes de prendre tout à la légère, Samuel ! Dans quelques mois, je ne pourrais plus travailler et toi … Et toi, tu trouves encore le moyen de perdre ton boulot ! » Là, c’est un point pour ma mère. Mon père est absolument incapable de garder un travail. D’ailleurs, à l’école, tout le monde m’a demandé ce que faisait mon papa. Impossible de répondre … A chaque fois, je reste bouche bée, haussant une épaule maladroitement. « Et pourquoi que tu pourrais plus travailler ?! » Ah, ça, c’est un point pour mon père. Ma mère est serveuse et elle a toujours fait ça, du plus loin que je m’en souvienne. D’ailleurs, je déteste le boulot que fait ma maman. A cause de lui, elle n’est jamais là. Enfin si, elle est là le matin pour m’emmener à l’école mais après, je ne la vois plus de la journée. Elle rentre très tard le soir quand je suis supposé dormir. D’ailleurs, ce soir, c’est comme ça. Sur mon réveil, je lis un 0 et puis un 2, et un peu plus loin, il y a un 2 et un 7. Je ne sais pas trop à quoi ça correspond mais je sais qu’il est très tard et que normalement, je devrais déjà dormir. Mais comment veulent-ils que je dorme avec tout le vacarme qu’ils font ? Dire que moi, on me punit quand je crie trop fort en jouant … « Je suis enceinte, Sam. » Qu’est-ce que c’est que ça ? Je crains le pire. Maman est-elle malade ? La réponse de mon père ne se fait pas attendre. « Avorte. » Encore un mot dont je ne connais pas l’existence. « Trop tard. » J’entends une chaise racler le sol. Je crois que c’est mon père qui se lève. « Salope. » Ah, ce mot là, je le connais bien … Je n’ai que cinq ans et pourtant, j’ai l’habitude de l’entendre. Un cri de ma mère et je crois qu’elle s’effondre sur le sol. Moi, je sens simplement mes larmes couler sur mes si petites joues. J’entends une porte claquer et puis, plus rien. C’est le silence qui se fait désormais entendre et moi, je finis par pousser la porte de ma chambre. Elle donne sur la cuisine, où mes parents se trouvaient jusque là. Je serre les dents et étouffe un cri de douleur, je viens de marcher sur des bris de verres. « Maman ? » Celle-ci est assise sur le sol, à l’autre bout de la pièce, la tête dans les mains. Elle finit par relever la tête et lève la main dans ma direction. Je l’y rejoins vite et m’assoie contre elle. « Tu es enceinte, Maman ? » Elle me sourit, caressant mon visage. « Oui, mon petit loup. Je suis enceinte. Tu sais ce que ça veut dire ? » Sa voix est toute douce, comme d’habitude. Je secoue la tête. Non, je ne sais pas ce que c’est d’être enceinte. D’après la réaction de papa, j’imagine que c’est quelque chose de mauvais. « Tu vas avoir une petite sœur ou un petit frère. » Je lui souris finalement, à travers mes sanglots qui persistent. Finalement, c’est une bonne chose et je tourne les yeux vers ma maman. « Tu verras, Maman. Je vais bien m’en occuper de ma petite sœur ou mon petit frère. Je te promets. » Ma mère répond à mon sourire et dépose un baiser sur mon front. « Je sais, Matthew. Je sais. » Elle est la seule à m’appeler Matthew. Mon père, à l’école, tout le monde m’appelle Ashton. Maman m’a déjà expliqué pourquoi alors je ne ronchonne pas. En réalité, Ashton est mon premier prénom, celui qui a été choisi par mon père, ce grand fan des Ashton Martin. Vous savez, les voitures … Ma mère avait toujours voulu m’appeler Matthew, comme son père à elle, mais impossible faire entendre raison à mon père. Elle avait donc trouvé une alternative et moi, j’aimais bien ça.



« Parfois ce qu'on désire le plus au monde ne se produit pas. Parfois, les choses auxquelles on ne se serait jamais attendu arrivent. »

Le 10 janvier 1998, c’est le jour où Maman est partie, le jour où elle nous a abandonné. J’avais dix ans, tout juste, et malgré cette maturité que j’avais réussi à développer, j’étais paniqué. « Ashton Leprieult ? Tu peux venir avec moi, s’il te plaît. » C’est la phrase qui a brisé mon enfance. J’étais à l’école quand elle a été prononcée. En classe d’histoire plus exactement. On parlait du Moyen-Âge, je m’en souviens parce que j’adorais ça et que cette dame avait interrompu ma maîtresse. Au premier coup d’œil, je ne l’avais pas beaucoup apprécié cette dame. Le pire de tout, c’est que j’avais du rassembler toutes mes affaires, sous le regard des autres, et qu’elle m’avait attrapé par le bras pour m’emmener avec elle. Je m’en souviens encore de sa main glacée. Nous avons parcouru les longs couloirs colorés qui nous séparaient de la classe de ma petite sœur, Maxine. La petite demoiselle, haut comme trois pommes, m’a souri quand elle m’a vu. Comme si c’était une bonne surprise. Je me souviens qu’elle a refusé d’attraper la main de la dame qui venait nous chercher. Je me souviens que c’est moi vers qui elle est venue en premier. Je sentais que désormais, notre lien allait être le plus important. Plus important que tout le reste … « Joli dessin, Max. » Je soufflais à sa petite oreille. Son visage s’est alors éclairé. « C’est pour maman. »

Le 10 janvier 1998, c’est aussi le jour où j’ai rencontré Loucian Caldin pour la première fois. « T’es toute seule ? » La petite blonde avait levé les yeux vers moi. Elle ne devait pas avoir plus de sept ans et ça m’étonnait de la voir assise à côté de moi depuis déjà plus d’une heure. « Oui. » Ma première pensée fut bien simple. Quelle jolie voix elle avait … La voix d’un ange. Dans un reflexe, je baissais les yeux sur le chocolat chaud que l’assistance sociale nous avait apporté mais que je n’avais pas le courage d’avaler. Je le tendais à cette jolie petite blonde. Elle m’a regardé avec ses grands yeux bleus et je lui ai souri. Il est rare que l’on soit à l’hôpital pour de bonnes nouvelles, à vrai dire. Alors autant sourire, non ? Un minimum … Et puis, je le fais aussi pour ma petite sœur, toujours assise à côté de moi, sage comme une image. La jolie petite blonde a finalement pris mon gobelet de chocolat, en me remerciant doucement. Elle avait les doigts tout froids et c’est bizarre, je me suis inquiété pour elle. « Ashton ? Maxine ? Vous venez ? » C’est encore la dame de tout à l’heure. Elle vient de sortir du bureau dans lequel elle était rentrée, quelques instants plus tôt, et enfin, j’aperçois mon père, assis de dos dans ce foutu bureau, la tête entre les mains. Et pour la première fois depuis que j’ai posé le pied dans cet hôpital, je crois que je crève de trouille. Doucement, la dame referme la porte derrière nous. Il ne reste plus qu’une seule chaise de libre et je laisse Maxine s’asseoir. Même pas un regard de papa. Pas un seul. Et là, la dame s’est mise à parler. Elle ne s’est pas arrêtée. Jamais. Ca a duré tellement longtemps que j’en avais mal aux jambes, à force de rester debout. Elle a répété que Maman était partie, qu’il y avait eu un grave accident, qu’avec sa voiture, elle avait brisé un poteau électrique. D’après elle et je ne sais pas trop pourquoi, nous n’avions pas à nous en vouloir, nous avions un papa qui nous aimait. Ouais, tu parles. Je n’arrivais pas à comprendre où elle voulait exactement en venir. Maintenant, je me rends compte à quel point c’était idiot mais à l’époque, je ne comprenais vraiment pas. « Votre mère est morte, les enfants. » Je ne me souviens même pas de ma réaction. Je crois que je l’ai fixé comme si elle était folle. Je sais que je n’ai pas pleuré. Je ne suis pas comme ça. Même à l’époque. Je ne pleure pas.

Mon père, ce connard, m’a un peu poussé vers la sortie et moi, j’ai machinalement incliné la tête, rencontrant le regard de la petite fille blonde de tout à l’heure. Cette fois, je ne lui ai pas souri. Cette fois, je ne pouvais pas. Je me rendais compte que ma vie allait désormais se transformer en cauchemar. En revanche, je crois que je n’ai jamais su pourquoi Loucian se trouvait là, à l’époque.



« Un ami, rien qu'un ami, c'est aussi précieux qu'une vie. »

« Matthew ?! Matthew, réveille-toi. S’il te plaît. » Je bats des paupières, ébloui par la lumière. Tout est flou pour l’instant et j’ai l’impression que le sol bouge sous moi. « Matt, putain … » Je fronce les sourcils, portant une main à ma tête. Bordel, ce qu’elle peut me faire mal … Comme si un marteau me frappait de l’intérieur. Je me redresse un peu sur mes coudes, le temps de reprendre mon esprit. Sur les doigts que je viens de poser sur mon front, il y a pas mal de sang. Ca ne m’étonne pas et puis, de toute façon, ce n’est pas la première fois. Bon sang, ce que j’aimerais dormir maintenant … Oh … Je dois m’assurer de quelque chose d’abord. Je tourne les yeux vers ma sœur, qui est toujours penchée sur moi. Dire qu’elle a seulement dix ans. Mais elle va bien et elle me le dit d’ailleurs elle-même. « Il ne m’a pas touché. » Aucune marque sur son jolie visage et c’est bien ça le principal. Je me laisse tomber en arrière et je sens les mains de Maxine qui empêche ma tête de cogner contre le carrelage. « Il est parti en claquant la porte, après t’avoir envoyé par terre. Il rentrera sûrement tard ce soir. » Il, c’est notre père. Et des fois, il faut avouer qu’il frappe fort. Je soupire. Bon sang, ce que j’ai mal … « Il est quelle heure ? » J’entends Max soupirer. « Neuf heures et quart. » Je grogne en me redressant à nouveau. « T’es en retard à la danse. Bouge de là. » Oui, exactement, je suis ce genre de grand frère là. Il était tout juste neuf heures et quart du matin, je viens de me faire balancer sur le sol par mon alcoolique de père, j’ai une partie du front ouvert mais je n’oublie pas que ma sœur a un cours de danse et qu’elle doit absolument s’y rendre. « Tu crois que je vais y aller ? T’es vraiment bête. » Je prends mon air le plus menaçant. Enfin … Autant que je puisse, vu l’état dans lequel je me trouve. « Oh ouais, que tu vas y aller. Et tu vas t’entraîner à fond pour le concours de la semaine prochaine, c’est clair ? » Elle se renfrogne un peu mais je sais qu’elle ne me résiste pas, en général. Tant mieux. Je n’ai pas vraiment la force de l’y traîner par la peau des fesses là. « Seulement si tu me promets d’aller à l’hôpital. » Je soupire mais je n’hésite pas. « J’te le promets. Allez, dégage maintenant. »

Du haut de mes quinze ans, je suis devenu un maître pour ce qui est du mensonge. Je mens comme je respire. A tout le monde, y compris à ma sœur. « Tout va bien, je me suis juste pris une porte. Et puis, comme si ça ne suffisait pas, j’suis tombé dans les escaliers après. » Ca, c’est que je raconte au médecin à qui je fais face. Ce qu’il faut : sourire. C’est l’arme la plus précieuse qu’il existe. Parce que quand vous souriez, personne ne vous pose de questions, c’est fou. Pourtant, croyez-moi, c’est facile de sourire. Vous avez l’air fort, heureux. Juste un peu trop maladroit. Mais ça aussi, c’est un défaut qui fait sourire les gens. « J’suis sûr que j’ai besoin d’à peu près … Trois points de sutures, quelque chose comme ça ? » Je vois le sourcil du médecin se lever. « Exactement. Vous êtes doués, jeune homme. Vous avez déjà pensé à faire des études de médecine ? » Je lâche un rire amusé mais je ne réponds pas. Je sais qu’il a balancé ça comme ça, juste pour rigoler un peu. Mais après tout, pourquoi pas ? Nous continuons à discuter un peu tous les deux, tandis qu’il me recoud juste au dessus de l’arcade. Evidemment, vient la question de mes parents. Pourquoi ne m’accompagnent-ils donc pas à l’hôpital ? Je hausse les épaules et je souris, comme je le fais si bien. « Il n’y a plus que mon père et il travaille ce matin. Mais bon, il sera à la maison à midi alors … » Je hoche la tête, pour appuyer mes dires. Ne vous inquiétez pas, doc’, rien n’est grave. Une demi-heure plus tard, je sors de la salle d’examen, les mains dans les poches. « Vous vous asseyez juste ici et ma secrétaire va vous préparer tous les papiers qu’il faut. L’ordonnance et le reste. » Je souris, lui adresse un signe de tête. En me retournant pour aller m’asseoir sur la rangée de chaises en face de moi, je remarque une demoiselle. Encore elle … Mon sourire s’agrandit et cette fois, ce n’est plus une question d’apparence. Pour une fois, c’est un sourire sincère que j’affiche. « Qu’est-ce que t’as foutu cette fois ? » Elle lâche un rire clair qui résonne dans tout le hall. C’est fou comme elle fait beaucoup plus que ses onze ans. « Disons que le mur de la piscine municipale est un peu trop haut pour moi. » Je baisse les yeux sur l’atèle qu’elle porte au poignet. Je secoue la tête et m’assoie à côté d’elle. « Tu vas finir par te tuer, Loucian. » Elle arque un sourcil, en me dévisageant. « Et toi, c’est ton père qui va finir par te tuer, Matt. » Oui car elle sait … Loucian est la seule à qui je dis la vérité. Elle n’a que onze ans, j’en suis conscient mais elle sait tout. Tout ce qu’il se passe chez moi. Toutes les blessures. Tous mes mensonges, à mon père, à ma sœur, aux médecins, aux professeurs. Pourquoi est-ce que j’arrive en retard en cours le matin ? Pourquoi est-ce que j’ai ces sacrés hématomes un peu partout sur le corps ? Elle m’a déjà soigné dans ces moments-là. Elle a beau être toute petite, toute fine, blonde aussi - Oui, je la taquine beaucoup avec ça. –, elle m’a pas mal aidé pour dissimuler des coups. Et moi, j’ai fais pareil. Parce que Loucian est la fille la plus casse-cou que je n’ai jamais rencontré de ma vie. « Ashton ? Loucian ? Vos papiers sont prêts. » Je me lève et j’adresse un clin d’œil à Loucian. Je sais qu’elle doit attendre sa mère. Mais ça, c’est hors de question. Comme toujours. Ce matin, elle va partir avec moi, on va courir comme des dératés à travers les couloirs de l’hôpital et on ira boire des immenses tasses de chocolat chaud dans le café d’en face. Ca va être comme ça. Un vrai moment de répit dans cette vie de cauchemar. Autant pour elle que pour moi.



« Parce que bien souvent les personnes pour qui tu pourrais prendre une balle sont derrière la gâchette. »

Je viens tout juste d’avoir dix-neuf ans et cette fille, je ne l’ai jamais quitté. Nous avons tous les deux avancé. Difficilement. Autant l’un que l’autre. « Qu’est-ce que j’te sers, Lou ? » Je m’accoude au comptoir et je lance un petit sourire à la jeune fille. Elle hausse les épaules, découvrant l’espace d’une seconde le haut de son bras égratigné. Elle a encore été se fourrer dans des histoires bien plus grosses qu’elle. « Si j’te demande une bière, tu me la servirais ? » Je lui souris, en attrapant un verre. « Un coca ? Aucun problème. » Jamais je ne lui servirais d’alcool, c’est hors de question. Elle n’est même pas majeure. Moi, je suis serveur dans un bar le soir. Le matin, je livre des journaux et j’ai le reste de la journée de libre. Enfin, ça, c’est parce que nous sommes en été et il faut que je travaille. Parce que ce n’est sûrement pas mon père qui va me payer mes cours, ni ma voiture, ni même la bouffe qui est dans le frigo. Cette année, j’entre en première année de médecine et j’ai besoin d’un minimum de fonds. Et oui, l’idée est toujours restée gravé dans mon esprit … Un peu plus et on pourrait dire que l’idée m’est venue grâce à mon père. Indirectement. Beurk. « Je finis à minuit et demi, on se voit après ? » Loucian sirote son soda en silence, elle hoche la tête. « Comme d’habitude. » C’est comme ça depuis des années. Les gens trouvent ça bizarre à cause de la différence d’âge mais quelle importance, franchement ? J’ai juste l’impression que Loucian me comprend et que moi aussi, je la comprends. Dans la vie, il y a des choses qui ne sont pas censées s’expliquer, je crois. Loucian et moi, c’en est une.

Loucian chantonne doucement et moi, je joue avec ses longs cheveux blonds, en me contentant de la dévisager. « Ca va ? » Je demande, en baissant mes yeux dans les siens. Elle ne me répond pas de suite, se contentant de sourire doucement. De toute façon, parfois, il n’y a pas besoin de mots. Ce soir, c’était la première fois de Loucian et son sourire me rassure. Pour dire vrai, j’appréhendais ce moment. Nous ne sommes pas en couple, nous sommes juste des amis. Les meilleurs, je pense. Et ce moment était parfait. Je tiens Loucian dans mes bras, comme si elle était la chose la plus précieuse au monde. Et c’est vrai. Je crois bien qu’elle l’est. « Oui, ça va très bien. » Elle murmure en se rapprochant de moi, si bien que je sens son souffle se glisser sur mes lèvres. Ce soir là, ce fut la seule et unique fois où nous avons couché ensemble, au final. « ASHTON ! » C’est le hurlement de mon père qui déchire le silence et moi, je tombe de mon putain de petit nuage. Il n’était pas censé rentrer. « J’ai besoin de fric ! » Et merde … A contre cœur, je me lève, enfilant rapidement un jean et un tee-shirt. La porte est fermée à clé mais avec lui, on ne sait jamais. Bordel, il doit être deux ou trois heures du matin … J’adresse un regard d’excuse à Loucian, en glissant mon index contre mes lèvres, lui montrant qu’elle ne doit pas faire de bruit, et je quitte la chambre, prenant soin de refermant la porte derrière moi. Il ne doit pas savoir que Loucian est là … Je ne préfère vraiment pas. « De combien t’as besoin ? » Dire qu’il est actuellement en train de fouiller dans les placards de nourriture. « J’ai besoin de fric. » Il répète. Okay, il est saoul. Pas la peine d’essayer de le raisonner ou d’obtenir de plus amples informations. J’attrape mon portefeuille dans ma poche arrière et je lui tends un billet de dix euros. Je n’ai que ça sur moi. « Est-ce que tu t’fous de moi ?! » Je savais que ça allait l’énerver pourtant … Je n’ai même pas le temps de voir le coup venir que je sens que je suis projeté contre le meuble derrière moi. Je lâche un grognement de douleur et je me rapproche de lui à nouveau. Il ne me fait pas peur. Plus maintenant. « Ecoute, tu ferais mieux de … » Pas le temps de finir ma phrase que je sens un nouveau coup de poing m’atteindre en plein visage. Dans un réflexe, je le lui rends avec autant de force. C’est la différence entre moi aujourd’hui et moi, il y a dix ans. Aujourd’hui, je peux rendre les coups. La dispute continue, violente, brutale. Mais comme à chaque fois, il finit par s’en aller et j’ai tellement honte de ne pas pouvoir le raisonner. C’est incroyable. Moi, je me retrouve comme toujours avec des bleus au visage, un peu de sang sur ma chemise. J’ai beau l’essuyer rapidement avec un torchon, ça ne s’en va pas. Et je pense à Loucian qui est toujours dans ma chambre … Bordel. Le problème, c’est qu’après ce genre de disputes, je suis épuisé, à bout de force, littéralement. Et énervé. Je sais que là, je tremble encore de fureur. Jusque là, Loucian ne m’avait jamais vu comme ça … D’habitude, elle ne vient jamais chez nous. A part quand je suis certain que mon père ne viendra pas. Ce soir, je me suis trompé. Je n’aurais pas du. Je ne voulais pas qu’elle voit ça, qu’elle l’entende … Putain. Je rouvre la porte. Loucian s’est rhabillée et assise sur le coin du lit, elle m’attend. « Faut que tu partes. » Ma voix n’entend aucune répartie. Je crois que je suis comme dans un état second et il faut absolument que Loucian s’en aille. Pour que je puisse me reprendre. « Mais … » « Va t-en. S’il te plaît. » Dire que je vais la laisser rentrer toute seule. En pleine nuit …

Je n’ai pas adressé la parole à Loucian pendant trois semaines après ça. C’était une réaction idiote mais je me trouvais des excuses. J’ai trop de travail, entre la fac et les petits boulots. Je suis malade. Ma sœur a besoin d’aide pour ses devoirs. Du grand n’importe quoi … A chaque fois. Je peux vous dire que ça, je l’ai regretté pendant toutes les années qui ont suivi. Les yeux perdus dans l’eau qui bout sur le feu, je me demande si je ne devrais pas aller la voir, lui expliquer, m’excuser. Si, je devrais faire ça. « Tu sais que Loucian a déménagé en fait ? » Je tourne la tête vers Maxine, qui est assise à la table de la cuisine, la tête dans ses devoirs. « Quoi ? Loucian est partie ? » Je lâche la cuillère que je tiens dans la main, la laissant tomber sur le carrelage dans un fracas pas possible. Ce soir là, j’ai couru jusqu’à chez elle. A ne plus pouvoir respirer. Et forcément, il n’y avait plus personne. Juste une porte fermée à clefs. Et pas de réponse. Juste le silence glaçant de la rue. Rien de moins. Rien de plus.


[ . . . ]



MORE ABOUT YOU

MARLICHOUCHOU, qui vous viole.
C'est encore moi ! Bah non, vous n'êtes pas prêt d'être débarrassé de ma splendide personne. Bref, je m'appelle toujours Marlène, j'ai toujours 21 ans & j'suis toujours bretonne jusqu'au bout des doigts de pieds. & voici donc le DC de Maxou Wellinghton, même si il reste le plus beau de tous. Qu'est-ce que j'oublie maintenant ? Ah oui, le code ! Validé par gros boobs , évidemment (a)



Dernière édition par A. Matthew Leprieult le Ven 28 Déc - 0:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:09

Re-bienvenue !

J'adore ton titre !
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:12

Re-bienvenue parmi nous et tu es trés sexy avec Max irons , j'en connais une qui doigt être toute heureuse :)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:16

Ah, ah, merci !
Mais sache que j'suis toujours sexy, Carlie (a) Même si j'avais pris Gollum, j'aurais été sexy, tout le monde le sait. N'est-ce pas ? x)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:28

Re-Bienvenue
Excellentissime choix (a)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:34

TOI !!! Tu sais déjà que je t'aime fort !!!

(Je suis sur le portable, je te mettrais une ribambelle de smiley fun une fois rentrée *O* !!!)
(voilà )
Rha mais... Tu fais ma semaine entière là !
Enfin Re-bienvenue à toi ! Et puis, le nom de famille me tue ! Je vais toujours l'assimiler a mon prof de linguistique super sexy (hein Ju' !)
Plein de coeur et de BATMAN !!!

(PS : Maxou n'est plus le plus sexy... C'est Hadès qui l'a détroné *sors*)


Dernière édition par Loucian Caldin le Jeu 15 Nov - 23:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 20:38

Rien que pour t'embêter je suis d'accord hadés là détroné nahhhhhhhhh

Non sérieux ce qui rends sexy maxou c'est la jolie blonde à son bras : Dolce !!!!!
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 21:01

Faut l'admettre, t'es bien bonne en Max Irons (a) Cela dit, Maxwell reste le plus sexy! *o* (Ouais, j'viens de regarder l'épisode de SPN et j'me sens toute chose là... Personne n'arrive à la cheville de Jensen. C'est un fait scientifiquement prouvé.)
Bref, re-bienvenue Marli le kiki
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 22:04

Bon je vous préviens, je compte bien bouder ! Parce que le plus sexy, c'est Jensen & pi, c'est tout ! M'enfin, je remercie Anaïs pour son intelligence & sa clairvoyance.

M'enfin bon, même si vous êtes bigleuses, j'vous aime quand même, vous savez.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 15 Nov - 22:19

Je te permets pas ! Et puis je sens que j'ai bien hâte de voir le nouveau SPN tient xD.
Et puis Jared c'est Jared ! Vous avez Jensen, Ju' a Misha et moi Jared donc tout va bien hehe

Ba moi se t'aime aussi dis voir SUSHIS OUH AH AH
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Sam 17 Nov - 13:20

Je suis presque d'accord : Jensen, c'est le plus beau. Après, entre Maxwell et Austin, on est d'accord que c'est quand même Austin le plus beau ! Ö (aa)
Bref, re-bienvenue ! ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 29 Nov - 14:05

Sexy ce DC (a) Bienvenue à lui.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Ven 30 Nov - 13:56

MDR ! Lucas, j'me bats pas pour ça. Jensen, c'est le plus beau. Le reste n'est plus de notre ressort !
Merci Sexy Micah (a)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Ven 30 Nov - 14:00

Bon j'ai remarqué que je t'avais pas souhaité une re-bienvenue et que c'est quand même sacrément la honte !!
Donc re-bienvenue, voilà. Fin du message...
Hahah noooon je fais ça comme il faut :

Re-bienvenuuuuuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Ven 30 Nov - 14:05

Mais noooon ! Mieux vaut tard que jamais (a) Puis, t'es toute pardonnée t'façon. (& après, viens pas m'dire que t'es pas privilégiée. ♥ Héhéhé !)
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Sam 1 Déc - 10:14

    Ton titre, ton avatar, ton pseudo J'suis fan *o*
    Re-bienvenue la Bretonne et pour le coup va falloir fêter ça
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Mar 25 Déc - 20:01

Bienvenue sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

it's summer time already !
Invité


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? » Jeu 27 Déc - 12:10

Welcome, MAX
Revenir en haut Aller en bas



it's summer time already !
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? »

Revenir en haut Aller en bas

A. Matthew Leprieult ๑ « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce qu'on mange à midi ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu’est-ce qu’on mange à midi ? » - Neal. [Terminée]
» Qui suis-je? Où vais-je? Dans quel état j'erre?
» [FB] Qui suis-je ? Où vais-je ? Qui serve-je ?
» Qui suis-je où vais-je et dans quelle étagère? !!!
» Je suis à votre disposition si un défi vous démange~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
02141 Cambridge™ :: AU REVOIR :: Présentations :: Fiches en cours-